Les ailes de la com

Penser la communication de sa TPE- PME

La communication, ce n’est pas du blabla !

Les élections départementales sont passées. Les réactions ont été nombreuses, passionnées, puis la vie a vite repris son cours. Je laisse de côté l’analyse politique et profite de ces élections pour commenter la communication des listes sur mon canton, et tout particulièrement, les arguments de campagne utilisés.

Petit tour de campagne du premier tour des départementales

Elles étaient cinq listes, dont deux que j’ai découvertes dans l’enveloppe des bulletins de vote. Je ne parlerai donc que des trois listes qui ont « fait » campagne.

Au premier tour, la liste numéro 1 avait choisi de mettre en avant sa présidente, le code couleur de toutes les campagnes précédentes était respecté, le ton était celui de toutes les élections et si les deux candidats étaient inconnus et silencieux, aucun doute, c’était une candidature FN.

Le binôme n°2 faisait cause commune avec un parti centriste, tout était bleu et orange (clin d’œil au MODEM ?). A bien y regarder, parfois il y avait le logo du MODEM, parfois pas. Erreur du graphiste, doute sur l’alliance, volonté de stimuler l’art divinatoire de l’électeur ? Le ton était celui des campagnes électorales municipales : aucun doute, c’était une candidature de l’UMP ( ?), de l’Union de la Droite ( ?), de l’UDI ( ?) de l’Union de la Droite avec ou sans le Modem… à vous de choisir. Peu importait visiblement et le fond était privilégié : l’équipe était contre la Métropole, contre l’urbanisation non maîtrisée, contre la majorité en place depuis trop longtemps et pour l’amélioration de la sécurité, des réseaux de transport, pour la création de Maisons Sénior Médicalisées, du développement des logements et de la mobilité pour améliorer le retour à l’emploi.

Le tract rouge devait sans doute représenter la gauche : il représentait la « majorité départementale ». Le Parti socialiste ( ?) Force 13 ( ?), une Union des Gauches (?) Aucun logo ou visuel n’apportait d’aide à l’électeur mais le programme était sous la forme d’un bilan. C’était donc des sortants. Ils écrivaient avoir amélioré les réseaux de transport, la vie des seniors, construit des jolies maisons de retraites, apporter des aides aux entreprises et aux agriculteurs afin de favoriser la croissance et les embauches. Ils étaient bien évidemment contre la Métropole.

Donc, les premiers disaient vouloir faire ce que les seconds disaient avoir fait avec succès.

Des photos pour se différencier

Afin de tous bien se différencier les uns des autres, ils avaient choisi des costumes bleu marine, chemise blanche ou bleu très clair, cravate bleue de circonstance. Notez que ce n’était pas propre aux candidats de mon canton : cherchez donc le Premier Ministre et le chef de file de l’opposition le soir des résultats: ils sont en bleu sur fond bleu.

Amusez vous et cherchez d’autres photos de responsables politiques : ils sont tous de bleu vêtus. Il faut lire Bleu de Michel Pastoureaux pour comprendre que le bleu est devenu consensuel. « Il ne fait pas de vague et emporte l’adhésion », comme il l’expliquait dans une interview donnée à l’Express en 2004. Donc pas de vagues, et une triangulaire.

Petit tour de campagne du second tour des départementales

Le FN n’a pas communiqué sur l’entre deux tours.

Les candidats de la majorité départementale se sont soudain rappelés qu’ils représentaient l’électorat de gauche : les Républicains, les forces de gauches, les socialistes, les écologistes, la force démocrate et de progrès et ils préviennent :

Si c’est le Front National qui passe :

Listes des arguments en cas de victoire de l'adversaire aux départementales

Liste des arguments en cas de victoire de l’adversaire aux départementales

Les candidats de l’union de la droite réagissent. Si les candidats de gauche passent, il n’y aura :

Liste des arguments pour contrer la victoire du camp d'en face.

Liste des arguments pour contrer la victoire du camp d’en face.

Je vous laisse deviner qui a emporté cette élection départementale.

Les leçons de ce scrutin en matière de communication :

Leçon n°1 : Communiquer, ce n’est pas raconter ce que vous pensez que les gens ont envie d’entendre.
Communiquer, c’est réfléchir à la meilleure manière possible de dire ce que vous pensez vraiment afin d’être le mieux compris possible.

Leçon n°2 : A force de chercher les mots qui vont emporter l’adhésion, tout le monde raconte la même chose. Votre discours perd son sérieux et sa crédibilité.

Leçon n°3 : Une bonne communication ne dévoile pas ses ficelles, elle vous dévoile vous, sous votre jour le plus favorable.

Leçon n°4: Communiquer, c’est d’abord se démarquer.

Author

Responsable de développement de projets pendant plus de dix ans, j'ai très vite compris que les petites structures devaient communiquer comme les grandes. Mais, comment se faire connaître et faire parler de soi avec des petits budgets? C'est avec créativité et rigueur que j'ai mené à bien mes actions de communication, avec succès. J'ai donc décidé d'en faire mon métier. Ainsi, depuis 2008, j'accompagne les entreprises et les associations, à travers le conseil, la formation et la rédaction.