Les ailes de la com

Penser la communication de sa TPE- PME

Publicité, communication, arnaque !

Nombreux sont les créateurs qui claquent leur premier budget de communication dans les encarts payants de la presse locale sans obtenir de retour, c’est à dire, sans obtenir de client. C’est normal: d’abord parce que ce n’est pas un moyen adapté au démarrage, ensuite parce qu’il existe de vraies arnaques. Petit tour d’horizon.

Communication et Publicité 

Il est difficile de donner des définitions claires de ces notions tant elles recouvrent des métiers et des pratiques différentes. Je vais donc tricher et simplifier à l’extrême en vous disant que la communication développe l’ensemble des stratégies d’actions pour se faire connaître et encourager le public à faire quelque chose (par exemple, acheter vos produits ou services.) Ainsi, elle permet de développer des actions pour informer, développer une image de marque, accompagner la gestion de crise ou les changements dans l’entreprise, motiver en interne, vendre…

Dans le cas des créateurs d’entreprise, le premier objectif est de développer son chiffre d’affaires et donc de vendre ses services ou produits.

La publicité regroupe principalement les actions « médias » c’est à dire, « l’ensemble des insertions payantes« . Le hors-média est le groupe fourre-tout qui regroupe les actions du marketing direct, des salons, du mécénat, des relations presse, relations publiques et évènementiels, avec ou sans internet.

Un créateur doit travailler a minima les bases de ce qui deviendra son image de marque et se concentrer sur les moyens hors médias mis à sa disposition.

Le hors-média, meilleur allié du créateur

Paradoxalement, il faut être déjà connu pour se lancer dans de la publicité ou avoir un budget qui vous permet de vous engager très régulièrement sur les mêmes médias. L’ encart isolé d’un inconnu n’aura pas d’impact car nous prêtons d’abord attention à ce que nous connaissons. De plus, la publicité n’a pas directement vocation à faire vendre car elle appelle peu à l’action et il ne suffit pas de voir une publicité de voiture pour courir l’acheter. Par contre, quand vous aurez besoin d’une nouvelle voiture, la somme de publicités de telle ou telle marque que vous aurez vu orientera en partie votre choix: vous connaissez le nom, vous avez aimé le ton des messages et cela vous donne confiance dans la voiture. Cela vous fait penser que c’est cette voiture qui vous correspond le mieux.

Par définition, le créateur n’est pas connu et n’a pas les moyens d’être présent à la TV, à la radio, sur le web et dans les encarts presse sur une longue période. Une petite semaine, ou pire, un jour dans la presse locale n’aura donc pas d’impact.

Investissez plutôt dans le webmarketing et le marketing direct, les réseaux, les salons… Les encarts, c’est pour plus tard.

Méfiez- vous des arnaques

Il y a pire que l’encart presse pour un créateur à petit budget: c’est l’encart sur un support qui n’existe pas. Régulièrement, des artisans, des commerçants ou des consultants sont démarchés par des personnes peu scrupuleuses qui vendent des encarts sur des journaux qui ne paraîtront jamais, sur des sites internet fabriqués pour l’occasion, histoire de vous montrer une vitrine, et qui végètent dans l’univers presque infini du web. Parfois, les conditions de vente sont stupéfiantes: tacite-reconduction, tarifs exorbitants, voire avec des clauses qui semblent évoluer avec le temps.

Comment les reconnaître?

Ils s’attaquent principalement aux petites entreprises. Les délais sont courts, tout est urgent. Trop urgent. Ils vous proposent des encarts sur des plans de ville, sur des annuaires professionnels ou des journaux d’amicale,  jamais distribués ou si peu.

La première règle à respecter en communication: c’est vous qui maîtrisez les actions et sollicitez les prestataires et diffuseurs. Ne dépensez pas votre budget de communication sur un coup de tête.

Pour conclure sur note optimiste: l’arnaqueur vous harcèle, vous intime de payer? Ne payez rien et répondez lui que vous partez de ce pas à la police porter plainte. Il ne manquerait plus  qu’un escroc vous traîne au tribunal! Il est plus probable qu’il aura dès le lendemain changé son numéro de téléphone et que vous n’entendrez plus parler de lui.

Author

Responsable de développement de projets pendant plus de dix ans, j'ai très vite compris que les petites structures devaient communiquer comme les grandes. Mais, comment se faire connaître et faire parler de soi avec des petits budgets? C'est avec créativité et rigueur que j'ai mené à bien mes actions de communication, avec succès. J'ai donc décidé d'en faire mon métier. Ainsi, depuis 2008, j'accompagne les entreprises et les associations, à travers le conseil, la formation et la rédaction.